FLASH : Paralysie totale à la frontière, 20,000 emplois menacés de chômage en Haïti

Mardi, Andrés Navarro, le Ministre des Affaires étrangères dominicaines, a averti que le conflit entre le Gouvernement d’Haïti et de la Fédération Nationale des Transports Dominicains (FENATRADO) [qui regroupe 200 syndicats et représente plus de 90% des transporteurs dominicains], qui refuse de transporter des marchandises en Haïti depuis le 3 août dernier, crée une pénurie d’aliments et d’autres biens, qui va aggraver la crise en Haïti.

Rappelons que ce conflit fait suite aux incidents qui se sont déroulés entre le 24 et le 26 juillet dernier ladwanoù 60 camions ont été attaqués et endommagés (vitres brisées et pneus brûlés ou lacérés), blessant 20 chauffeurs dominicains, certains ayant dû être admis à l’hôpital de Jimani Melenciano. Des individus avaient également pillés les marchandises, ciment, fer à béton, médicaments, aliments et des tissus destinés à des zones franche. Le Président de la Fenetrado, avait indiqué que les dommages aux camions s’élèvaient à plus de 100 millions de pesos, sans compter le vol des marchandises. Depuis, la FENATRADO a déclarée une grève illimité du transport a destination d’Haïti tant que le Gouvernement haïtien n’assurera pas la sécurité des transporteurs dominicain sur le territoire d’Haïti.

La semaine dernière, Ricardo de los Santos, Vice-président de FENATRADO, avait annoncé prématurément, la conclusion d’un accord avec Haïti et la reprise du transport de marchandises, toutefois il n’en a rien été, car Haïti n’a finalement pas ratifié cet accord, sans donner d’explication…

« Nous avons parlé d’avoir un dialogue et même les syndicats des camionneurs des deux nations ont convenu et développé un projet d’accord avec plusieurs points, mais les autorités haïtiennes les ont fait attendre ainsi que l’ambassadeur dominicain en Haïti, Rubén Silié. » Andrés Navarro a expliqué qu’il a essayé d’intervenir pour arriver à une solution entre les camionneurs et le gouvernement haïtien « mais les autorités haïtiennes n’ont montré aucun intérêt à garantir la sécurité des camionneurs de la FENATRADO et ont même reporté des réunions, qui auraient pu mettre fin au conflit […] »

Par ailleurs, le Chancelier Navarro a déclaré que l’Ambassade de Corée en Haïti, lui avait fait parvenir des notes diplomatiques dans lesquelles il lui demandait d’intervenir, car les entreprises coréennes opérant dans les zones franches en Haïti risquaient la paralysie par manque de matières premières. Le Chancelier estime que si la crise s’aggrave en Haïti la situation s’en ressentira en République Dominicaine.

Mardi matin, les camionneurs dominicains ont durcie leur position, empêchant les camions de fret haïtiens en provenance de la République Dominicaine d’entrer en Haïti, ne laissant passer que les véhicules transportant des passagers et les motos… Blas Peralta et Ricardo de los Santos respectivement Président et Vice-président de la FENATRADO, ont déclaré depuis Jimani, qu’ils ont décidé de ne pas permettre le transport de marchandises dans les deux sens « Nous n’allons pas accepter le chantage ou les moqueries […] si le Gouvernement haïtien ne garanti pas la sécurité de nos camions et de nos chauffeurs entrant sur le territoire d’Haïti et qu’ils ne reviennent pas sans dommage, personne ne transportera de charges en Haïti, même eux ne pourront pas les transporter [à partir de la République Dominicaine] ».

20,000 emplois haïtiens bientôt au chômage :
Georges Sassine, le Directeur de la zone franche Lafiteau a déclaré « pas moins de quatre usines, représentant 20,000 emplois, sont sur le point de cesser toute activité de production, faute de matières premières (toile, fil, fermetures-éclairs, boutons, boîtes en carton, sachets en plastique, etc…) […] trois usines à la SONAPI en plus du Parc industriel de Caracol, qui représentent à elles quatre 50% des 40,000 emplois du secteur, dépendent de trois usines en République Dominicaine, qui sont leurs fournisseurs, se retrouvent actuellement en panne d’intrants. […] L’usine Multiwear de Richard Coles à la SONAPI a déjà dû cesser toutes ses activité de production, faute d’intrants. […] Seuls les Sud-Coréens ont réussi à contourner ce blocus en recevant deux containers par mer, mais cela leur coûte quatre fois plus cher… »

Credit:http://www.haitilibre.com/article-14946-haiti-flash-paralysie-totale-a-la-frontiere-20-000-emplois-menaces-de-chomage-en-haiti.html

Share Button

Comments

comments

Powered by Facebook Comments

Updated: August 26, 2015 — 8:44 PM

Popular Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Current month ye@r day *

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image

Radio Bagay 9 © 2013 by (239)265-2832