Un pasteur auto-proclamé à l’Ile de la Tortue, Haïti, maltraite toutes les femmes qui échappent à son contrôle dans son Église‏

Incroyable mais vrai, après 28 ans de service, une enseignante haïtienne est révoquée sans avis officiel, sans dédommagement et harcelée à tous les jours au téléphone par ce pasteur auto-proclamé, dans les circonstances, monsieur Anverdieu Fils dans ce village
appelé communément ” NAN-PANGE”, à l’Ile de la Tortue, Haïti.

Nous savons tous qu’Haïti est le pays le plus pauvre dans l’Hémisphère occidentale, nous savons tous aussi, d’un gouvernement à un autre, même démocratiquement élu, devienne ensuite des gouvernements totalitaires et méprisent, piétinent même les droits de citoyennes et de citoyens haïtiens les plus élémentaires. À ma connaissance, je n’avais pourtant jamais su que tous ses pasteurs auto-proclamés en Haïti avaient et ont aujourd’hui des pouvoirs aussi illimités sur les fidèles de leurs églises, en particulier, les fidèles féminines. Pourtant, bon nombre de ces soi-disant hommes de Dieu sont à fois directeur d’école sans diplôme et sans formation, journaliste aussi sans formation journalistique et aussi pasteurs auto-proclamés sans diplôme secondaire, collégial ou universitaire. Ils sont néanmoins très respectés dans la société haïtienne et se croient investis de pouvoirs divins illimités sur les fidèles ou sur la population haïtienne en général.
C’est ainsi que, au mois d’Août 2013, Madame Davilmar Altidor, honnête citoyenne sans tâche, habitant à Tendron, Ile de la Tortue, allait connaître les pouvoirs arbitraires illimités du pasteur auto-proclamé Anverdieu Fils à la fois sur sa personne et dans sa propre maison. Cette dernière enseignait depuis 28 ans à l’école de cette Église baptiste ayant comme directeur Anverdieu Fils qui s’est lui-même auto- proclamé pasteur depuis 17 ans. Il croit dur comme fer que Dieu lui a donné des pouvoirs illimités sur toutes les fidèles appartenant à son Église. Il a ainsi formé un comité de 9 membres ,soit 8 hommes et l’unique femme dans ce comité étrange était madame Altidor elle-même. Cette femme est veuve depuis environ 2 ans et elle a quatre enfants à l’Université à Port-au-Prince, soit 3 filles et un garçon en 6ème année de médecine. Elle ne comptait que sur ses deux emplois pour payer l’université de ses enfants et subvenir à ses besoins personnels. Elle gagnait 100$ U.S. par mois pour l’enseignement du primaire et 30$ U.S. par mois pour l’enseignement à la
compassion, ce qui fait environ 1000 $ haïtiens par mois soit 130 $ U.S.

En outre, voici donc les accusations portées par le pasteur Anverdieu Fils contre madame Davilmar Altidor : Depuis 2003, à chaque voyage en Haïti, je dors chez le couple Altidor à la demande du père de madame au mari de sa fille. Elle a un grand frère qui est fou, alcoolique et mendiant.IL demande à tout le monde sur sa route soit des sous pour boire du clairin ou quelque chose à manger. À la fin du mois de Juillet 2013, il fit la rencontre d’un groupe de voyous qui dit ceci : ” Donne-nous ta sœur et on te don-
nera à boire et à manger. Il commençait à les insulter lorsque l’un d’entre lui dit : ” Tiens, je te donne quelques sous, je te donne à boire et tu vas dire à tout que Faustin vit avec ta sœur chez elle ”. Le pauvre est parti faire cette publicité et le pasteur Anverdieu Fils devient plus fou que le fou lui-même. Madame Altidor commençait à s’inquiéter. Dépassé par les événements et peur pour les deux postes qu’occupait cette femme, j’ai décidé d’aller calmer l’esprit d’Anverdieu Fils pour lui annoncer qu’il s’agit là d’une fausse rumeur et j’ai discuté avec lui pendant 2hres30 minutes. Il paraissait avoir tout compris. Il rencontra aussi madame Altidor le mardi 6 Août et l’invita devant son comité pour le jeudi 8 Août 2013 devant un comité de 4 personnes qui allait déclarer à madame Altidor qu’elle était placée sous observation c’est-à-dire sous surveillance pour m’avoir laissé dormir chez elle alors que son mari est mort. Insulté, j’ai décidé alors d’aller à nouveau rencontrer Anverdieu Fils à nouveau mais cette fois, lui et sa femme paraissaient menaçants et dangereux. Ils ne voulaient pas discuter et convoqua madame à nouveau pour le samedi 24 Août 2013.J’ai déconseillé à madame Altidor d’aller renconter ce malade mental mais il a appelé 5 fois et elle s’est retrouvée à nouveau devant un comité composé de 6 per-
sonnes dont le pasteur lui-même. Voici donc ce que ce pasteur auto-proclamé Anverdieu Fils avait à dire à madame
Davilmar Altidor :
-” À partir d’aujourd’hui, vous êtes exclue de toutes les activités religieuses dans mon Église et vous ne faites plus partie non plus du groupe d’enseignants à la compassion”. Il a toutefois refusé de donner à madame une lettre de
de révocation ni une lettre contenant un montant d’argent ou un chèque à titre de dédommagement pour ses nombreuses années passées dans l’enseignement, et cela, jusqu’à aujourd’hui. Il a eu l’audace de dire à cette pauvre femme
que je vous laisse l’enseignement au primaire. Elle refusait d’aller travailler avec ses propres ennemis et pour cause : Ce sont les mêmes membres de son comité qui enseignent avec elle et avec le pasteur lui-même. Il a eu de plus l’audace de demander
à cette pauvre femme une lettre de démission. Ce qu’elle a refusé de faire mais il a demandé à un juge de l’obliger à venir travailler. IL s’agissait du Juge Matthieu qui a son bureau à Haut-palmiste près du village de madame et de ce pasteur cinglé…

En outre, j’ai demandé à un journaliste de radio idéal à Port-de-Paix de se pencher sur cette situation.Il l’a fait à deux reprises et m’invita aussi à le faire à deux reprises, et ensuite il m’a avoué qu’Anverdieu Fils de-
mandait à le rencontrer mais il n’est jamais venu alors que ce dernier prétend et dit à ses collaborateurs à son église qu’il a bel et bien rencontré ce journaliste et qu’il l’a maintenant dans ses poches. Ce même journaliste est pasteur auto-proclamé et directeur
d’école aussi. J’avais pris la peine d’informer à ce dernier que des gens prétendaient qu’Anverdieu Fils était présent à son rendez-vous et disait même qu’il l’avait dans ses poches. IL répondait qu’il voulait parler à la femme et à Anverdieu Fils. Il
me promettait qu’il allait demander à Mme Altidor si allait déclarer qu’elle voulait poursuivre Anverdieu Fils? Oh la la !!! Il a menti. IL tentait de préférence de déconseiller Madame Altidor de poursuivre Anverdieu Fils et de retourner à cette même église !!! Chers,( ères ) amis ( es ), chers compatriotes, je sais que vous n’êtes pas du tout dupes, et je vous prie, dans ce cas précis, de bien vouloir dire à la population religieuse haïtienne ce que vous pensez exactement de ce journaliste qui a enfin décidé de virer à cent milles
à l’heure contre madame Davilmar Altidor et contre moi -même ?

En définitive, dans un tel cas, je demande au président de l’Union des Églises Baptistes Haïtiennes (UEBH) à Port-au-Prince, Haïti, à toutes les organisations féministes à travers le monde, en particulier, en Haïti, au Canada, en Europe, en Afrique, dans les Caraï-
bes, à tous les Éducateurs des secteurs publics et privés, aux E.U., d’appuyer avec véhémence la cause de cette pauvre veuve, mère de quatre enfants qui vont à l’Université à Port-au-Prince, Haïti, contre cette pègre religieuse haïtienne, contre cette mafia reli-
gieuse haïtienne sans scrupules et de forcer le pasteur auto-proclamé ANVERDIEU FILS ( 011-509-3453-5273 ou 3453-4273) à
dédommager sans délai madame Davilmar Altidor à l’Ile de la Tortue, Haïti.

Faustin Abraham Lubin / faustinlubin2@hotmail.fr
Québec, Québec
Canada.

P.S. : AUX AUTORITÉS HAÏTIENNES, À LA MINUSTA, ANVERDIEU FILS MENACE DE ME FAIRE ASSASSINER SI JE RENTRE EN HAÏTI.
vous n’êtes pas du tout dupes et je vous prie de bien vouloir dire à la population religieuse haïtienne ce que vous pensez exacte-
ment à ce niveau ?

Share Button

Comments

comments

Powered by Facebook Comments

Updated: October 21, 2013 — 2:03 PM

Popular Posts

Radio Bagay 9 © 2013 by (239)265-2832