Lettre ouverte a Roberto Martino (T-Vice) par Ralph Blanchard

02924768-8203917pm0855-roberto_martinoMon cher Roberto,

“Que Dieu, la Paix et la musique soient toujours avec nous.”

J’ai lu avec joie, tes lignes au sujet de ton bonheur éprouvé, après que T-Vice aie fait salle comble à Paris ce week end. Mon cher, dis-toi bien que tes exaltations sont justifiées. Elles sucitent, entre autre, une victoire majeure pour la culture haïtienne. Il faut que le peuple haïtien se rende à l’evidence que le resultat de ta prestation musicale est certainement l’attitude et les applications qu’il faut a l’indutrie de la musique haïtienne: une valeur ajoutée, un mouvement et une vraie vision culturelle, non seulement à la satisfaction de l’artiste mais aussi au peuple haïtien. Justement j’en parlais a nos chers confrères de cette même industrie musicale, Johnny Frantz Toussaint (Ti Frere), du Skah Shah et Eddy -Didy- Altine de PNP: Jouer de la musique, pour moi, est à la fois un art, et aussi un mouvement culturel d’une grande portée nationale.

 

En jouant de la musique, un musicien démontre, certes, son talent, mais aussi l’essence, l’origine, l’etiquette, la culture qui accompagnent cette musique, et même plus. En interprétant Wolfgang A. Mozart, on est sure que c’est de la musique classique européenne… En jouant du Kompa, on est certain que cette musique vient d’Haiti. Donc, il y a tout un mouvement a travers une interprétation du Kompa. L’orchestre haïtien ou le groupe haïtien qui se rend a l’étranger et qui interprète la musique haïtienne est en fait, non seulement, un ambassadeur de la musique haïtienne, mais aussi un sociologue, un éducateur etc…

 

Son positionement est vital pour la culture haïtienne, si bien que quand le musicien suscite des intérêts aussi accentués pour la découverte d’une culture, le public se sent plus intéressé à venir regarder et écouter, sans même parfois comprendre la langue parlée ou chantée. L’esprit humain est ainsi constitué. Des études scientifiques prouvent qu’il part toujours a la découverte: du nouveau, de la diversité, de la créativité  et ne craint point d’y payer le prix… (prenons par exemple le groupe U2, leurs grandes tournées musicales-plutôt croisades, je dirais- à travers le monde).

 

L’haïtien maintient trop pour lui, en lui et chez lui, ce qui lui appartient certes, mais ce qui surtout devrait “appartenir”, vendu et rendu au monde, pour découverte, analyse et exploitation. Ce que l’haïtien a chez lui à exploiter est immense et générateur d’appréciation, de bon goût, de respect, de notoriété, de partage, de fonds, de devise, de vision, de mouvement et j’en passe… Il y a certes une différence culturelle entre le Kompa, le Reggae, la merengue dominicaine, le hip hop. Mais faut il bien remarquer que cette différence crée, specialement pour nous autres Haitiens, un extraordinaire positionement, parce que notre musique est unique au monde.

 

De la, une vision culturelle est exploitable. Le Ministère du Tourisme le fait quand à present: un travail qui rentre dans un cadre d’exploitation pour l’économie globale haïtienne et certainement l’identité haïtienne. Cette vision doit être appliquée pour l’éducation de la population et dans le cadre de l’approche éducationnelle et en termes d’échanges ou d’offres de produits de qualité aux autres peuples du monde, désireux de découvrir Haiti.

 

En fait, ceci devrait être un mouvement national pour la récupération de notre entité nationale, autant servir à un apport économique pour la population, à partir de la production musicale ou artistique; des vibrations propres émanées entièrement d’énergie propre aux musiciens et artistes du terroire, et conséquemment, servir de privilège à tout un chacun de vouloir payer pour assister a une interprétation d’une musique Haitienne, chacun dans sa catégorie respective, partout à travers le monde.

 

Et cette lettre, d’ailleurs, relate en quelque sorte, quelques perspectives pour l’industrie de la musique haïtienne qui, selon mes voeux, devrait être prise en charge, a des fins beaucoup plus conclusives pour la nation, par un Ministère de la Culture, sensible et mieux branchée sur les besoins, les rémunérations majeures et l’impact mondial de cette dite industrie, laquelle en réalité nous a fourni, notre actuel premier mandataire de la nation, notre ami musicien: Son Excellence, le Pesident de la Republique d’Haiti, Monsieur Joseph Michel Martelly.

 

A Dieu toute la gloire…

 

Ralph Blanchard

Share Button

Comments

comments

Powered by Facebook Comments

Updated: November 4, 2013 — 7:19 PM

Popular Posts

Radio Bagay 9 © 2013 by (239)265-2832